Bonjour à tous,

Retour sur le premier salon dédié uniquement à la pâtisserie, qui s’est tenu à Paris du 15 au 18 juin. Voici les quelques enseignements que j’en ai tiré, au gré de mes pérégrinations dans les allées du salon, de mes discussions avec les participants et des conférences auxquelles j’ai assisté :

1. Connaissez vous Kitty McCall ? Son univers graphique et coloré m’a tout de suite inspiré et je la suis depuis quelques mois sur Instagram. Cette designer réalise des imprimés, en jouant avec les formes et les motifs et les utilise pour confectionner du mobilier, à l’image de cette chaise ou du coussin, mais également des lampes ou de la papeterie… Elle a réalisé plusieurs partenariats avec différentes marques, notamment Estée Lauder, les Hôtels Accor. Vous trouverez son travail sur le site en lien ici.

Quand Kitty McCall rencontre Hägen Dazs, cela donne une collaboration sucrée et colorée en édition limitée. Résultat, un packaging fleuri, à l’image de la designer, et une crème glacée à la fleur de cerisier et à la sauce cerise.

S’inspirer de la richesse de la pâtisserie française pour mieux la détourner, voilà le pari gagné de ces deux artisans qui mélange les cultures et les goûts en apposant leur identité dans leurs créations.

2. À traver son Tokyo Macaron Yaki, Sadaharu Aoki twiste la traditionnelle gaufre française et le macaron, en y mêlant une pointe de thé vert. Succès garanti, le spectacle est divertissant, et l’on a plaisir a observer le pâtissier retourner ses gaufres avec dextérité, après y avoir placé un macaron au centre. Prévoir une sieste après le goûter.

Le thé vert est un ingrédient privilégié chez Sadaharu Aoki, vous la trouverez en fil rouge dans plusieurs de ces créations, comme la Tarte caramel salé Macha, le Chou macha ou l’éclair genmaicha. À découvrir sur ce lien.

3. Avec la Maison Aleph, Myriam Sabet, met sur le devant de la scène les pâtisseries du levant, en les réinterprétant avec originalité. Elle allie ainsi la culture syrienne et française, à travers des pâtisseries, des eaux parfumées, des glaces et autres douceurs, avec des goûts typiques comme la fleur d’oranger, l’eau de rose de Damas ou la pistache d’Iran. Ces créations nous transportent loin et personnellement, si je n’avais pas une addiction prononcée pour la halva, j’irai goûter sa glace sésame, Halva et dès d’abricot. En attendant la création du site internet, allez visiter son instagram (@maisonaleph), cela vous mettra l’eau à la bouche.

À plusieurs reprises, lors des conférences auxquelles j’ai assisté, les professionnels ont fait référence à deux tendances de fond dans le secteur de la pâtisserie aujourd’hui : la naturalité des ingrédients, et le « déssucrage », dans le soucis de ne pas nuire à la santé et de mieux informer les consommateurs sur ce qu’ils achètent.

4. C’est l’entreprise menée par Hugue Pouchet au sein de la pâtisserie Hugo & Victor. Désireux de fournir à ses clients des ingrédients de qualité et de supprimer les additifs afin de tendre vers un produit plus naturel, Hugue Pouget a cherché une alternative aux colorants artificiels qui sont couramment utilisés en pâtisserie. Après plusieurs semaines de recherches et de nombreux essais, il a mis au point de nouvelles recettes, en utilisant exclusivement des colorants naturels, issus de fruits et de légumes séchés et réduits en poudre. La carotte donne ainsi une couleur caramel, le curcuma une teinte jaune, ou la spiruline un bleu léger. Les tons pastels sont assumés, synonymes de naturalité et les clients savent enfin ce qu’ils ont dans leur assiette.

5. En créant Les Belles Envies, Alixe a répondu à une demande jusque là non satisfaite, celle des diabétiques et autres gourmands, soucieux de leur santé ou de leur poids. En utilisant le sucre naturellement présent dans les fruits ou les farines, en remplaçant les ingrédients traditionnels (par exemple le sucre par le Maltilol), elle parvient à un indice glycémique limité, sans pour autant sacrifier le goût de ses desserts qui sont bluffant, tant ils semblent gustativement aussi goûteux que leurs confrères fabriqués avec du sucre et des farines blanches. À la clé, plus de pâtisserie et moins de culpabilité.

Vous trouverez davantage d’explications sur son site, ici.

6. Ceux qui ont déjà lu une recette de professionnel savent qu’il est parfois assez difficile de trouver certains ingrédients ou ustensiles, car ils ne sont pas vendus en supermarché. Si vous adorez pâtisser et que les noms de « pectine NH », « sirop de glucose » ou « trimoline » vous parlent, cette box est faite pour vous.

Après une reconversion et quelques années d’apprentissage auprès de grands chefs, Anaïs Hody a décidé d’apporter leurs créations dans nos cuisines, en fournissant une recette, accompagnée de tous les petits ustensiles et les matières premières sèches pour la réaliser. Une idée fort maligne, qui permet tous les mois de découvrir une nouvelle création et de la réaliser pas à pas. Dernières en date, le fraisier basilic, la pavlova aux fruits rouges, ou la religieuse vanille et caramel beurre salé qui donnent bien envie de se retrousser un peu les manches. Une pâtisserie ça se mérite !

Pour en savoir plus, c’est par .

À bientôt !